Les Carmes
accueil accueil / à l'affiche / films / ...
Facebook Twitter Google+
séances de la semaine
Aucune séance cette semaine.
* séance accessible
Réalisation : 
Kenneth MacMillan
Genre : 
ballet en 3 actes
Durée : 
2h35 avec 2 entractes
Version : 
VOSTF
Nationalité : 
GB
Année de sortie : 
2018
synopsissynopsis

Alors que Lescaut, le frère de Manon, propose sa jeune sœur au plus offrant, celle-ci fait la connaissance de Des Grieux et tombe amoureuse de lui. Ils s'enfuient ensemble à Paris, mais monsieur G.M. fait miroiter à Manon une existence luxueuse, et elle est incapable de résister à la tentation. Encouragé par les Lescaut, Des Grieux triche aux cartes pour essayer de gagner sa fortune à Monsieur G.M., mais les forces de l'ordre interviennent. Accusée de prostitution, Manon est arrêtée et déportée à La Nouvelle Orléans, où Des Grieux la suit. Dans la fuite, Manon meurt d'épuisement. Kenneth Macmillan s’inspire du roman français du XVIIIe siècle déjà adapté à l'opéra par Massenet et Puccini. Son ballet a été créé le 7 mars 1974, et les rôles principaux étaient dansés par Antoinette Sibley et Anthony Dowell. L'œuvre est vite devenu un classique du répertoire du Royal Ballet, et une référence en matière de danse.

 


Tarifs:
20€ tarif plein
18€ pour les détenteurs d'une carte de prépaiement (cinéma Les Carmes)
60€ l'abonnement aux 4 opéras du ROH (soit 15€ la représentation)
10€ moins de 26 ans
7€ moins de 14 ans
Attention, les cartes de prépaiement, tarifs habituels, contremarques et places exonérées ne fonctionnent pas sur les opéras et ballets. 
 

Les C(h)armélites
équipe
lieu
partenaires
À l'AfFiche
horaires
films
ProChainement
évènements à venir
films à venir
La P'tite Bobine
PratiQue
tarifs
plan d'accès
J'aime le Cinéma
J'aime le Cinéma
Je souhaite recevoir la programmation par email

Il y a huit ans, Debra Granik nous avait saisis avec un formidable premier film Winter’s Bone. Elle revient enfin avec un nouveau film, tout aussi surprenant Leave No Trace. Huit ans, c’est long. Ça dit aussi la difficulté qu’il y a pour certains auteurs indépendants à faire leurs films dans un monde de plus en plus formaté, normalisé. La question de la normalisation, ou plutôt de la marginalisation, qui est au cœur du film de Debra Granik, comme cela était le cas pour Winter’s Bone.

 

Quant à Jacques Audiard, il nous prend encore (et comme toujours) à contre-pied avec son dernier film, les Frères Sisters. Dans son style très personnel, il réinvente le western, continue de se questionner sur la forme et le fond, et, surtout, de se réinventer lui-même, en évitant, à tout prix, avec audace, toute notion de répétition. S’il est un cinéaste dont on peut dire qu’il ne fait jamais deux fois le même film, il s’agit bien de Jacques Audiard !

Cinéma
Les Carmes
7 rue des Carmes
Orléans
02 38 62 94 79
cinema@cinemalescarmes.com
Facebook
Twitter